Accueil ÉCONOMIQUE LE TRANSPORT EN MARTINIQUE : « l’île aux fleurs ».

LE TRANSPORT EN MARTINIQUE : « l’île aux fleurs ».

0
0
47
EMBOUTEILLAGE

Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a trop de voitures sur l’île aux fleurs. J’en suis la première à le crier, quand, pour rejoindre Fort de France ou le Sud, il me faut partir dès 4h du Nord, pour éviter les fameux embouteillages connus de tous.

Pourtant, lorsqu’on est sans voiture, et qu’on a connu les désagréments de l’attente contre  vents, pluies, soleil, et la crainte d’arriver en retard à un RDV, tout ce que l’on souhaite c’est en posséder une.

Au XXI ème siècle, en Martinique, il est désolant de constater que des communes sont toujours enclavées, certaines zones industrielles inaccessibles.

Des hommes politiques se succèdent, des décisions sont prises pour améliorer les déplacements des usagers, mais les principaux concernés (les usagers qui utilisent les transports en commun) ne sont pas consultés.

Connaître d’abord les besoins de l’usager et les répertorier, permettrait l’accès à tous les lieux existants, et ce, dans de bonnes conditions. Il faut des exemples pour comprendre le calvaire de ces personnes. Le Martiniquais est consulté pour le logo de la CTM, pour le choix d’un drapeau dont personnellement je n’en ai que faire, (cela ne changeant en rien ma situation).

Malheureusement, pour des questions concernant le transport, il est ignoré et reste un éternel absent.

 Il y a une perpétuelle concurrence entre les chauffeurs de taxi du Nord, qui sont des travailleurs indépendants. Il faut avoir voyagé avec l’un d’entre eux pour s’en rendre compte.

Il y en a qui se concertent par téléphone pour savoir où est situé le concurrent.

D’autres vous déposent sur le bord de la route, pour redescendre au plus vite à Fort de France, au lieu de se rendre dans la commune portée en grosses lettres sur la carrosserie.

Certains ne se gênent pas pour rester chez eux pour regarder un match ou pour des affaires personnelles. Peu leur importe que vous ayiez besoin de rentrer chez vous après une journée de travail ou autre motif.

Essayez de vous rendre au Morne-Rouge. A Grand-Rivière depuis peu (2018) il y a une navette. Combien de chauffeurs quittent Fort de France à 17h00 18h00. Pour exemple, si vous quittez  le CHU à 17h00 le temps de trouver un Bus (non en grève) pour arriver à la gare et rejoindre le Nord, vous avez de fortes chanes de rester sur place. Il faut de plus espérer que le taxi ne soit pas rempli. On parle de voie maritime, de Alé viré, pli nou alé, koté nou ka rivé?!

Charger d'autres articles liés
  • MANIOC

    Ressources alimentaires en Martinique

    La question épineuse de la dépendance alimentaire de notre pays se pose, la production agr…
  • repas-equilibre-1128498_w767h767c1cx1060cy707

    972 : LA SANTE AU « PLURIEL »

    En Martinique, de multiples actions de proximité sont menées pour informer la population s…
Charger d'autres écrits par katinal
Charger d'autres écrits dans ÉCONOMIQUE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

972 : LA SANTE AU « PLURIEL »

En Martinique, de multiples actions de proximité sont menées pour informer la population s…