Accueil ÉCONOMIQUE 972 : Les maladies, peut-on les retarder / les éviter?

972 : Les maladies, peut-on les retarder / les éviter?

0
0
64
DIABETE

972 : Les maladies peut-on les retarder / les  éviter ?

Une politique nutritionnelle ambitieuse est menée à travers le Programme National Nutrition Santé (PNNS), dont l’objectif est l’amélioration de l’état de santé de l’ensemble de la population. Bien que le Martiniquais soit concerné par beaucoup de maladies, (alzheimer, obésité, maladies cardiovasculaires, cancer de différents organes…), cet article traitera essentiellement du diabète.

Des exemples de 2 personnes atteintes, (à titre d’exemple) et leurs astuces pour éviter, ou arrêter de se piquer, seront évoqués.

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es… et je te conseillerai au mieux

Déjà dans la Grèce antique, Hippocrate, le père de l’art médical, enseignait que «la dieta – ou art de manger dans son sens originel, est la première des médecines». De même, les Anciens avaient observé la relation entre la santé du corps et la qualité de l’esprit : Mens sanae in corpo sana (un esprit sain dans un corps sain). Aujourd’hui, la recherche en nutrition démontre scientifiquement le rôle de nos choix alimentaires sur la prévention des maladies chroniques les plus fréquentes dans notre société.

On préconise alors : moins de sucre, moins de sel, moins de viande, (surtout la viande rouge), moins dalcool, zéro tabac… Plus de légumes verts, plus deau, (plus de produits Bio pour ingérer moins de pesticides)

La nutrition, enjeu majeur de santé : On ne le répétera jamais assez. L’alimentation et l’activité physique sont des déterminants principaux qui influencent la santé, le bien-être et la qualité de vie des personnes.

Pour éviter le diabète, il faut dans son assiette éviter tout ce qui augmente la glycémie et pratiquer une activité physique (principe à respecter SCRUPULEUSEMENT quand on est diabétique).

2 personnes, (connues) qui se sont retrouvées aux urgences et qui ont appris qu’elles étaient diabétiques ont été mises sous insuline. De retour au domicile et après des injections, elles ont supprimé le sucre de canne, le sucre blanc et ont recherché les aliments qui permettent de ne pas augmenter la glycémie. Consommation de riz complet, de haricots blancs de légumes verts, des légumes pays toujours avec des légumes verts, consommation de fruits en quantité raisonnable. Une orange pressée sans sucre, vaut mieux qu’un verre de jus sucré acheté dans le commerce. Ces 2 personnes ont arrêté les piqûres et pratiquent une activité physique. Plus le diabétique consomme du sucre plus il sera face à l’hyperglycémie et plus il aura besoin de se piquer. Bien-sûr ces personnes ont fait leur choix. L’objectif n’étant pas de dire de faire comme X ou Y, mais de faire savoir qu’il y a des solutions et que l’on peut se faire accompagner pour un mieux vivre, ou changer sa façon de manger pour éviter le diabète. Mais il faut de la bonne volonté et de la persévérance. S’il y a eu un écart, à midi, il faut se serrer la ceinture jusqu’au lendemain. Le corps a ce qu’il faut pour bien fonctionner, il suffit de ne pas le dérégler.

L’insuline joue un rôle de régulateur en maintenant la glycémie à des valeurs normales. L’insuline est une hormone naturellement sécrétée par le pancréas, plus précisément par des cellules spécialisées situées dans les îlots de Langerhans. Elle permet au glucose (sucre) d’entrer dans les cellules du corps.

 

Les cellules du corps utiliseront le glucose comme énergie ou le mettront en réserve pour une utilisation future.

Chez les personnes non diabétiques, l’insuline est sécrétée de façon continue. L’organisme produit la quantité nécessaire d’insuline en fonction de ses besoins et des aliments consommés. Par exemple, après un repas, le pancréas sécrète une quantité supplémentaire d’insuline, ce qui permet au glucose au glucose sanguin de rester dans les limites normales

Plus on consomme : des boissons sucrées, beaucoup féculents (riz blanc, pâtes, pommes de terre, pizzas…), des pâtisseries ou autres produits riches en sucres, glaces, biscuits…plus on augmente la glycémie.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marleyner
Charger d'autres écrits dans ÉCONOMIQUE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Misère : de l’esclavage, « An tan Robê » à nos jours.

  Est-il besoin ici, d’évoquer toutes les conditions misérables, affreuses et inimaginable…